La Fêlure

Entre performance et poésie sonore, Prosexus interroge la sexualité et la liberté des corps à travers le prisme du féminin. La performance s’empare du devenir-soi comme un processus infini allant de l’assignation à la recherche de l’émancipation, du personnel au politique.

Nées femmes, comment se fait-on advenir à partir de cela ?
Rituel collectif, ce “sex in process” figure notre quête de liberté, de sororité et d’affranchissement à travers la recherche d’un souffle commun. Prosexus résonne comme des soupirs entremêlés et des cris de plaisirs, la jouissance de pouvoir être, au-delà de sa condition.

Dans le premier tableau, deux performeuses réalisent au scotch la mise en cadre d’une vulve. La performance envisage dès lors différents chemins possibles pour se défaire de l’assignation au sexe féminin. Plusieurs figures féminines apparaissent formant des tableaux composés alternativement de lectures mises en son (extraits de Red shoes de Christine Aventin) et de chorégraphies. La performance est dense d’un point de vue sonore avec une
musique live faite de sons concrets, de synthétiseur, de percussion et de chant lyrique.

©Tetristomac, La Cartonnerie, Friche la Belle de mai, Marseille, 2015

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *