Emmanuelle Corne

 

Diaporama sonore

Lecture photographique inspirée de La cloche de détresse, un livre de Sylvia Plath. Je propose un diaporama sonore : le son c’est la lecture d’extraits en français de l’œuvre de Sylvia Plath publiée (sous le pseudonyme de Victoria Lucas) en 1963, 1 mois tout juste avant sa mort.

Cette oeuvre revient sur le premier épisode dépressif de l’écrivaine et poétesse qu’elle était alors qu’elle est au Smith Collège, épisode qui a eu lieu en 1953 et qui la conduira à une tentative de suicide. 

Le principe sera simplement de proposer des photographies originales, inspirées des mots de l’écrivaine et nées de ma pure interprétation.

 

 

https://www.emmanuellecorne.com

Clémence Vazard

Etudes Topographiques

Ma démarche artistique utilise la déconstruction des images et le pouvoir du récit pour produire mon propre langage visuel et raconter une autre histoire de la féminité.

Mes recherches portent sur le questionnement personnel et l’introspection comme mécanisme de lutte contre le système de représentation stéréotypé dont nous avons hérité.

Dans ma pratique, je déconstruis les codes sociaux et culturels qui imposent une vision déterministe du genre pour reconstruire des juxtapositions et fragmentations visuelles percutantes, parfois bouleversantes. J’y interroge la représentation des femmes dans notre société patriarcale, véhiculée par les médias, et l’impact que ces images-mirages ont sur la construction de notre identité et notre perception de la réalité.

Je me place en témoin lucide de la condition féminine et propose d’autres prismes narratifs pour dévoiler la réalité dichotomique d’un quotidien bercé entre illusions et désillusions.

Du collage au dessin jusque dans mes installations, mes oeuvres sont les testaments de cette réalité dont je refuse l’héritage.

“Etudes Topographiques” est une série d’oeuvres sur papier qui réunit des femmes (artistes, autrices, scientifiques, révolutionnaires…) dont je me suis mis en tête d’étudier et révéler la topographie. Le collage, mon médium de prédilection, côtoie à présent le dessin, dont le trait s’inspire des cartes topographiques. C’est à un voyage féministe que j’invite le spectateur, à la rencontre de Georgia O’Keeffe, Willa Cather, Dorothy Parker, Hannah Arendt ou Sylvia Beach.

https://clemencevazard.cargocollective.com/

https://www.instagram.com/clemence_vzrd/

Compagnie Mouvimento

Danse contemporaine

EFFACÉE(S)

L’interprète en solo questionne l’utilisation du corps de la femme dans nos sociétés.

Inspiré des sculptures de Camille Claudel comme support de l’écriture, le corps féminin s’expose dans une cage elliptique. Objet plastique et esthétique, il se transforme progressivement en un corps déstructuré, malmené entre écartèlement et déséquilibre.

Compagnie les mille Printemps


Théâtre

Mon Olympe est une comédie engagée visant à déconstruire les stéréotypes de genre.

Cinq jeunes femmes, féministes et fières de l’être, se retrouvent enfermées la nuit dans un parc sans moyens de communication.
Le moment ou jamais pour passer de la réflexion à l’action. De nombreuses péripéties vont les amener à remettre en question leurs convictions les plus profondes… Au fond, n’y a t il qu’une seule façon d’être féministe?
Femme, réveille-toi a dit un jour Olympe de Gouges. Aujourd’hui l’urgence n’est pas tant de se réveiller, mais de ne surtout pas s’endormir !
©Gabrielle Malewski

Les Louves de Virginia

A travers la parodie, celle d’un clip de rap, vecteur d’obédience plutôt
masculine en France et parole de révolte, Les Louves de Virginia cherchent à parler avec humour de la place des femmes dans la société.

BauBô

Le rap en France est vu comme un art viril (que ce soit par les productions qui signent dans l’immense majorité des artistes mâles ou par le public qui portent les rappeurs mais oublient les rappeuses). À ce jour, ce qui nous est proposé dans le cadre du rap, c’est de singer les rappeurs. Nous devons rester en conformité avec le mouvement dominant mais malgré cela, la peine est la même, que nous soyons conforme au rap proposé ou pas, nous sommes ostracisées. Il ne reste qu’à créer quoi qu’il arrive. Ni muse, ni objet.

http://humanbaubo.blogspot.com/

 

Rim Battal

Installation photographique

Corps à corps

Rim Battal y met son corps en scène et à travers des gestes simples, explore les postures communes entre les figures de la mère et de la putain. Elle donne à voir une maternité qui s’observe, sulfureuse et subversive, sans jamais se départir d’une certaine pudeur.

Corps à corps est une série de photographies, d’installations et de textes de Rim Battal où lait maternel, fruits cousus sommairement ou brodés avec délicatesse, seins révélés face caméra ou face miroir, mots d’amour sur panneaux feuille d’aluminium, révèlent un corps maternel sexué, désirant, une mother who likes to fuck.

Compagnie Aziadé

Art scénique

Les crieuses publiques

Filles du rock et du boniment, les Crieuses réveillent la criée publique! Invitant avec gourmandise chacun à s’exprimer, annonces, coups de gueule ou mots d’amour, elles prêtent leur voix aux mots des spect’auteurs. Un spectacle survolté, interactif et musical.

Les Crieuses Publiques sont un duo féminin et burlesque. Les crieuses alternent chansons, criées, quizz et « cri-thérapie » avec l’ambition d’amener le public à s’exprimer de l’écrit jusqu’aux cris. Non sonorisées, elles distribuent papier et stylos aux spectateurs et crient leurs messages : petites annonces, grandes déclarations, coup de gueule, offre d’emploi…et tout message digne d’être crié !
Un moment d’expression rare, utile et libérateur, le plus souvent touchant et plein d’humour !

©Frédéric Blancot

 

ORLAN

Tentative pour sortir du cadre avec masque, photographie noir et blanc, 1965

ORLAN est une des plus grandes artistes françaises reconnue à l’internationale. Elle utilise la sculpture, la photographie, la performance, la vidéo, la 3D, les jeux vidéo, la réalité augmentée ainsi que les techniques scientifiques et médicales comme la chirurgie et les biotechnologies.

ORLAN change constamment et radicalement les données, déréglant les conventions, les prêt-à-penser. Elle s’oppose au déterminisme naturel, social et politique, à toutes formes de domination, la suprématie masculine, la religion, la ségrégation culturelle, le racisme…

Toujours mêlée d’humour, parfois de parodie ou même de grotesque, son œuvre provocante peut choquer car elle bouscule les codes préétablis.

ORLAN a reçu le prix de l’E-réputation, désignant l’artiste la plus observée et commentée sur le web.
En octobre 2017, ORLAN a reçu le prix de l’Excellence féminine pour toute son œuvre d’artiste par le Ministère Des Affaires Étrangères Italien.

Le Baiser de l’Artiste. 225,5 x 170 x 70 cm. Sculpture et piédestal du Baiser de l’artiste, photographies noir et blanc, socle en bois, fleurs, cierges, lettres en plastique, chaise, bande sonore, 1977