Aurélie Charpentier

“Je me laisse guider par l’intuition, avec, pour seul outil indispensable à la création :
la maîtrise de la matière (bois, contreplaqué, peinture), éléments associés à une présence constante de la musique et de la poésie, indispensables à mon inspiration.

C’est le bois que je privilégie, cette matière vivante, chaude au niveau du toucher et de l’imagerie qu’il véhicule. Son côté pratique et sa variété technique insuffle à cette matière une évolution constante, remplie de remises en question, d’accidents et de possibilités. J’ai une relation quasi auto-biographique à cette matière.

La méthode que j’emploie peut s’apparenter à de la «pictogravure», technique que j’ai inventé, d’où le néologisme, qui consiste à utiliser par couches successives les différentes teintes du contreplaqué jusqu’à faire ressortir la matière extraite : la matière enlevée (côté négatif) crée, paradoxalement, du positif (volume, lumière) avec dans certains cas un ajout pictural.

Côté environnemental, utiliser des chutes de bois pour en faire des œuvres d’art suppose une réflexion sur le matériau et son devenir.”

ACH

https://www.ach-artist.com/

https://www.instagram.com/ach_woodart/

https://www.facebook.com/woodartandotherstuff/

Emmanuelle Corne

Photographie

Lecture photographique inspirée de La cloche de détresse, un livre de Sylvia Plath. Je propose un diaporama sonore : le son c’est la lecture d’extraits en français de l’œuvre de Sylvia Plath publiée (sous le pseudonyme de Victoria Lucas) en 1963, 1 mois tout juste avant sa mort.

Cette oeuvre revient sur le premier épisode dépressif de l’écrivaine et poétesse qu’elle était alors qu’elle est au Smith Collège, épisode qui a eu lieu en 1953 et qui la conduira à une tentative de suicide. 

Le principe sera simplement de proposer des photographies originales, inspirées des mots de l’écrivaine et nées de ma pure interprétation.

 

https://www.emmanuellecorne.com

Clémence Vazard

Etudes Topographiques

Ma démarche artistique utilise la déconstruction des images et le pouvoir du récit pour produire mon propre langage visuel et raconter une autre histoire de la féminité.

Mes recherches portent sur le questionnement personnel et l’introspection comme mécanisme de lutte contre le système de représentation stéréotypé dont nous avons hérité.

Dans ma pratique, je déconstruis les codes sociaux et culturels qui imposent une vision déterministe du genre pour reconstruire des juxtapositions et fragmentations visuelles percutantes, parfois bouleversantes. J’y interroge la représentation des femmes dans notre société patriarcale, véhiculée par les médias, et l’impact que ces images-mirages ont sur la construction de notre identité et notre perception de la réalité.

Je me place en témoin lucide de la condition féminine et propose d’autres prismes narratifs pour dévoiler la réalité dichotomique d’un quotidien bercé entre illusions et désillusions.

Du collage au dessin jusque dans mes installations, mes oeuvres sont les testaments de cette réalité dont je refuse l’héritage.

“Etudes Topographiques” est une série d’oeuvres sur papier qui réunit des femmes (artistes, autrices, scientifiques, révolutionnaires…) dont je me suis mis en tête d’étudier et révéler la topographie. Le collage, mon médium de prédilection, côtoie à présent le dessin, dont le trait s’inspire des cartes topographiques. C’est à un voyage féministe que j’invite le spectateur, à la rencontre de Georgia O’Keeffe, Willa Cather, Dorothy Parker, Hannah Arendt ou Sylvia Beach.

https://clemencevazard.cargocollective.com/

https://www.instagram.com/clemence_vzrd/